+ 33 5 45 83 36 03

ACTUALITÉS

ACTUALITÉS Le tierçon, fût...

Le tierçon, fût historique du Cognac

14 Déc 2021

La tradition du tierçon

Il y un siècle, les tonneliers confectionnaient des fûts spécifiques pour l’eau-de-vie de Cognac. Ces barriques étaient plus hautes et plus étroites que les traditionnels fûts de 350L que l’on connait aujourd’hui. Autrefois transporté en charrette trois par trois, ce lot de barrique constituait une tierce, d’où le nom de tierçon.
Le tierçon à une capacité d’environ 520 à 560 litres, il est entièrement façonné à la main, cela en fait un objet rare et unique.

Un savoir-faire rare

Pour la Maison Frapin, nous avons minutieusement restauré une série de tierçons selon des méthodes artisanales et traditionnelles. Agés de plus de 50 ans, ces tierçons ont été méticuleusement réceptionnés pour être examinés. La première étape consistait à nettoyer les pièces pour observer soigneusement les réparations à réaliser.

« Lors d’une restauration de fûts d’occasions usagés, chaque pièce est contrôlée. Une fois les éléments endommagés identifiés, nous avons donc ouvert le tierçon délicatement en ôtant le fond. Nous avons pu ensuite accéder aux douelles pour les réparer et les remplacer. Aucun bois neuf n’a été utilisé ici. C’est uniquement à l’aide des douelles d’un tierçon plus ancien que nous avons restauré les douelles abimées pour remettre en service le tierçon. Nous avons réparé les douelles usagées entièrement à la main pour conserver leur état d’origine et réajuster les joints. »

L’étape suivante consistait à refermer le tierçon. Le maître tonnelier qui a préalablement ôté le cercle de rognage, permet de relâcher les douves. Par l’intérieur de la barrique, il fait d’abord entrer l’un des fonds dans son jable, puis il tire l’autre fond pour le placer avec un tire-fond.
Les cercles de têtes viennent ensuite resserrer les douelles.
Le tonnelier façonne ensuite les cercles de châtaignier qui viendront se juxtaposer aux cercles en acier galvanisés. Ligaturés à la main au fil de fer, les cercles en bois rappellent le design historique du tierçon. Initialement dotés de 32 cercles châtaigniers destinés à protéger la bouge du fût lors de son transport en charrette ou lors de sa manipulation dans les chais, le tierçon a été à la demande du client, revisité dans une nouvelle version, plus moderne et cohérente avec son utilisation actuelle.

« C’est un travail de mémoire, distinctif car il fait appel au savoir-faire rare et ancestral du métier de tonnelier. Ce projet, nous l’avons inscrit pleinement dans notre mission de transmission. Nous avons initié tous nos apprentis tonneliers à ce travail de restauration, pour leur apprendre à préserver notre patrimoine et leur transmettre notre valeur d’excellence. » Sébastien Rouyer, Maître d’apprentissage Doreau Tonneliers

Nous remercions tous les tonneliers et apprentis qui ont collaboré à ce projet : Florian, Théo, Paul, Thomas et Sébastien.